lundi 9 mai 2016

Froid comme la mort (Antonio Manzini)


Merci aux Editions Denoël
250 pages
20.50 euros



4ème de couverture

Rocco Schiavone a une nouvelle affaire sur les bras et il est bien décidé à la régler presto

Ester Baudo est retrouvée morte dans son salon, pendue. Le reste de l'appartement a été saccagé, et ce qui semble à première vue être un suicide se révèle vite un meurtre. On fait appel à Rocco Schiavone, ce drôle d'inspecteur, amateur de joints matinaux et de jolies femmes. Dans la petite ville grise et froide d'Aoste, il croise et interroge les proche de la victime. Il y a Patrizio le mari, Irina, la femme de ménage biélorusse à l'origine de la découverte du cadavre, ou encore celle qui semble avoir été la seule amie de la défunte, Adalgisa. 
Si la vie de la victime se dessine peu à peu, le mystère reste entier. Qui pouvait bien en vouloir à la calme et tranquille Ester Baudo?
Cette deuxième enquête de Rocco Schiavone, vice-préfet râleur, macho et doté d'un humour cinglant, ravira les amoureux du commissaire Montalbano, de l'Italie et des polars à l'humour grinçant.


Mon avis

Ce fut une totale découverte car je ne connaissais pas du tout l'auteur, sans parler du fait que je ne lis que très peu de polar italien! Malheureusement, cette première découverte se finalisa par une déception! 

Je ne vais pas vous parler de l'histoire tant la 4ème de couverture en dit déjà beaucoup! Je risquerais de spoiler et je n'en ai pas l'envie! Par contre, je vais m'étendre un peu sur les personnages, bien que... Le seul qui me paraît intéressant est Rocco Schiavone, le vice-préfet et personnage principal de cette histoire. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il sort des sentiers battus, des normes, même un peu trop! Il manque d'originalité de par son côté bourru, trait de caractère que l'on retrouve souvent en ce moment chez les inspecteurs de police. Quant aux autres personnages, ils ne sont que très peu mis en valeur et approfondis! Le peu que l'on en sait les transforme en personnages caricaturaux! Dommage, on cherche autre chose!

Le style n'est guère mieux! Tout d'abord, le rythme est très très lent! Je n'ai jamais mis autant de temps pour lire un roman! De plus, il n'y a pas de chapitre, ce qui ne facilite pas la lecture! En effet, le livre est divisé en parties mais pas évident donc de s'arrêter en cours de lecture! Quant à la traduction, elle laisse à désirer! Pour revenir à l'intrigue, elle est simple et manque d'originalité! Sans parler de la fin qui est extrapolée et peu crédible! Certes, le suspens est présent mais cela n'enlève en rien le style trop lent de ce roman!

Il y a tout de même un peu de positif à tout cela: le décor! Tout simplement superbe. L'auteur m'a fait voyager à travers la ville d'Aoste.

Vous l'aurez compris, je garde un goût amer de cette lecture au rythme lent et à l'humour grotesque! Je n'y ai pas du tout adhéré!  Je suis restée sur ma faim et les questions que je me posais, notamment concernant la vie antérieure de Schiavone, sont restées sans réponse!

A vous de vous faire votre propre opinion à présent!


Ma note

7/20


Une petite recette pour la plaisir "l'apérol spritz"

  • 30 ml de Prosecco
  • 15 ml d'Apérol
  • 15 ml d'eau gazeuse
  • 2 fines rondelles d'orange
  • 2 glaçons


Challenge

Petit bac 2016, catégorie "animal"
petit bac2016.jpeg








    4 commentaires:

    1. je ne pense pas me pencher sur ce titre prochainement (en poche éventuellement...)

      RépondreSupprimer
    2. Oh dommage que tu n'aies pas aimé !

      RépondreSupprimer
    3. Les polars italien sont un peu particulier en général, je trouve.

      RépondreSupprimer
    4. Bon bah je ne vais pas m'y risquer je crois !

      RépondreSupprimer