mardi 9 avril 2019

Le retour du Jeune Prince (A.G. Roemmers)


City Editions
180 pages
13.90 euros
Parution: 10 avril 2019


4ème de couverture

"Aime tes rêves et grâce à eux tu pourras
construire un monde
plein de sourires et de tendresse..."

Un jeune homme errant sur une route de Patagonie est recueilli par un automobiliste. L'adolescent est le prince d'une contrée lointaine qui explore l'univers. Dans les paysages désertiques et sauvages, les deux voyageurs, si différents, engagent un dialogue abordant avec simplicité les grandes questions de l'existence.

Au fil de leurs aventures, chacun apprend à écouter le coeur de l'autre et à tenter de trouver le vrai sens de la vie. Ce voyage se transforme peu à peu en une véritable quête spirituelle. Et, au bout de ce chemin, il y a le secret d'un mystère que nous passons parfois une vie entière à chercher: le bonheur...


Mon avis

La couverture ne vous rappelle rien? Personnellement, cet ouvrage à peine entre les mains, ce personnage me sauta aux yeux... Une veste un peu plus courte, un décor différent mais il me faisait penser au Petit Prince. Quant au titre, il éveilla ma curiosité. Il confirma ma première. S'agissait-il pour autant du même Petit Prince? Il ne restait plus qu'à ouvrir cet ouvrage pour découvrir cela.

A travers ce livre, l'auteur nous plonge au cœur de la Patagonie. C'est là, qu'au bord d'une route, va se dérouler la plus jolie des rencontres... Quand un automobiliste s'arrête pour recueillir un jeune adolescent errant, cela donne le début d'une nouvelle amitié riche en émotions. Au fil de leur trajet, ils apprendront à faire connaissance. Très vite, cet ado se décrit comme le prince d'une contrée lointaine. Il nous parle d'une fleur, d'un mouton et de son ami disparu: un aviateur. Plus de doute possible, il s'agit bien du Petit Prince.

L'auteur, à travers ce conte philosophique, nous dévoile ici, en quelque sorte, la suite du mythique livre "Le Petit Prince". Au fil des pages, nos deux protagonistes vont aborder les grandes questions que chacun d'entre nous peut se poser sur la vie ou encore sur la mort.

Les chapitres sont courts et rythmés. Chacun d'entre eux abordera un thème différent. Pourtant, l'envie de lire sans s'arrêter n'est pas d'usage ici. En effet, après chacun de ceux-ci, j'ai éprouvé l'envie de m'arrêter afin de réfléchir aux nombreux messages importants que l'auteur a souhaité nous faire passer.

Je ne peux que vous conseiller ce livre terriblement bien écrit et plus qu'intéressant. Un livre qui évoque avec nous la question du sens de la vie et qui tente de nous orienter sur les secrets du bonheur. Un livre qui nous permet de nous découvrir, de nous écouter, de nous respecter et qui parlera à de nombreuses personnes parmi nous.


Ma note


samedi 6 avril 2019

Jeu de massacres (James Patterson et Howard Roughan)

Editions l'Archipel
330 pages
22 euros


4ème de couverture

UN MEURTRIER...

Le professeur Dylan Reinhart est l'auteur d'un ouvrage de référence sur les "comportements déviants". Lorsque Elizabeth Needham, du NYPD, en reçoit un exemplaire accompagné d'une carte à jouer tachée de sang, tout porte à croire qu'un tueur s'intéresse à l'éminent docteur en psychologie...

DEUX ENQUÊTEURS...

Mais il apparaît vite que ce sang est celui d'un homme retrouvé poignardé à son domicile. Quant à la carte, un roi de trèfle, elle prend tout son sens lorsque Needham et Reinhart comprennent qu'elle désigne la deuxième victime d'un tueur que les journaux surnomment déjà le "Dealer". Ces cartes ne sont donc pas une signature, mais les indices d'un jeu de piste dont Manhattan est le décor...

... ET 52 CARTES

Deux de cœur, neuf de carreau, valet de pique... Une à une, les cartes s'abattent. Et les victimes tombent. Une partie s'engage, qu'il faudra jouer jusqu'au bout. Jusqu'au moment où le Dealer perdra la main... à moins qu'il ait gardé un atout dans sa manche?


Mon avis

Après une longue pause lecture et beaucoup de réflexions... Je reviens vers vous aujourd'hui avec un thriller riche en rebondissements...

Le professeur Dylan Reinhart a une vie bien rodée... Il est l'auteur d'un ouvrage sur les "comportements déviants" et donne cours à l'université. Cependant, son rythme de vie va être chamboulé quand l'inspecteur Needham va lui demander de l'aide sur une enquête qui promet bien des rebondissements...
Tout commence lorsqu'un chroniqueur reçoit le livre de Reinhart accompagné d'une carte à jouer maculée de sang. Quelqu'un lui en veut-il au point de vouloir le tuer? Il faut en savoir plus... Quelques jours après, un homme est retrouvé poignardé chez lui avec, à ses côtés, une carte à jouer: le roi de trèfle... Mais que signifie cette nouvelle carte? C'est le début d'une longue série de victimes... 52 cartes? Y aura-t-il 52 meurtres? A vous de découvrir ce récit pour en connaître la réponse.

A travers ce livre, l'auteur nous emmène à travers les quartiers de Manhattan où se mêlent corruptions, secrets, jalousies, politiques ou encore infidélités.
Dès les premières pages, nous sommes happés par ce récit. L'auteur va s'amuser à jouer avec nos nerfs! Le meurtrier va poser les règles du jeu et va, ensuite, s'amuser à sa guise avec celles-ci! Reinhart, quant à lui, va prendre le temps de cerner ce personnage pour jouer ensuite avec lui. Un peu comme un grand échiquier où ils vont déplacer les pions petit à petit, tour à tour.

Ce livre est parfaitement bien écrit: entre suspens, réparties cinglantes et touches d'humour... tous les critères sont réunis pour nous faire passer un bon moment. La plume de l'auteur est remarquable. Il maîtrise parfaitement son style et ne tombe pas dans la facilité de ce dernier: le morbide sanguinolent. Certes, nous avons des détails mais pas au point dans vomir!
A tout cela, on rajoute une écriture rythmée, des chapitres courts qui défilent à une vitesse impressionnante et le tour est joué!

Ce n'est pas pour autant un coup de coeur mais cela reste une très bonne lecture tout de même que je ne peux que vous conseiller de découvrir rapidement.


Ma note

17/20

lundi 11 février 2019

Pêche (Emma Glass)

Editions Flammarion
128 pages
14 euros


4ème de couverture

Il est arrivé quelque chose à la jeune Pêche, du sang coule entre ses cuisses. Ça lui fait mal de marcher mais elle parvient à rentrer à la maison en titubant où le cauchemar continue, avec ses parents qui ne semblent s'apercevoir de rien. Seule ou presque, elle va devoir vivre avec un corps meurtri qui change de façon inquiétante, hantée par son agresseur, l'affreux Lincoln aux relents de saucisses.

Pour suivre Pêche au plus près, Emma Glass invente en même temps qu'un monde loufoque une langue charnelle et musicale, où chaque mot tente à la fois d'incarner et de réparer l'irréparable. Premier roman fascinant par son inventivité rythmique, Pêche explore les jours et les nuits d'une chair blessée et fait de l'empathie une expérience inédite, physique.


Mon avis

Il y a des livres qui ne sont ni bons, ni mauvais... C'est rare mais c'est comme cela! Vous l'aurez donc compris, c'est bel et bien un livre qui m'a laissée totalement perplexe que je vais vous présenter aujourd'hui.

L'auteur nous plonge dans la vie de Pêche, une adolescente comme les autres. Elle fait du sport après l'école, a un petit ami, vient d'avoir un petit frère et vit avec des parents amoureux au possible, parfois même un peu trop... Pourtant, sa vie va basculer du jour au lendemain, à la suite d'un viol, en rentrant de chez son petit ami.
Qui est son violeur? Comment va-t-elle aborder le quotidien après cette difficile épreuve? Que va-t-elle devenir? C'est en lisant ce livre que vous trouverez les réponses à ces questions...

Dans ce livre, pas de longues descriptions mais des phrases courtes qui laissent une place importante pour l'imagination. A tel point qu'on finit ce roman avec de nombreuses interrogations. L'auteur a pris le parti de nous raconter son récit à la première personne. C'est donc Pêche qui prend la parole. Un parti pris intéressant car cela rend ce récit plus fort, plus poignant. Elle nous emmène dans son monde aussi cruel que farfelu où chaque personnage est renommé de manière bien particulière, en fonction de ce qu'il représente. C'est ainsi que nous ferons la connaissance de Vert, son petit ami, grande tige ou encore de Sable, son meilleur ami. La seule personne qui gardera son prénom d'origine est Lincoln, son violeur, à l'odeur de saucisses grasses!
Une écriture rapide, efficace, fraîche et poétique mais un peu trop surréaliste à mon goût à tel point que je m'y suis perdue.

Quant à la fin, elle est aussi surprenante qu’inattendue! 

Ce livre sera un coup de coeur pour certains et sera détesté par d'autres... C'est là le paradoxe: on aime ou on aime pas!
C'est pour toutes ces raisons que je ne vais pas vous déconseiller ce livre. Le mieux étant de vous faire votre propre avis et de le partager avec moi ensuite!
Un conte cruel, très noir et cru qui en surprendra plus d'un peu importe pour quelle(s) raison(s).


Ma note

12/20


vendredi 1 février 2019

Bratva, larme bleue (Manon D'Ombremont)

Livr's Editions
246 pages
16 euros


4ème de couverture

Il y a des années, à Moscou, certains me surnommaient Kochtcheï. Ça les rassurait, je suppose, de me prendre pour une créature surnaturelle. Ça les empêchait de remettre leurs convictions en question. 
Ils sont morts. Tous. 
Aujourd'hui, à Saint-Pétersbourg, je suis la Vourdalak de Vassily Aslanov. Ils me voient comme une monstruosité assoiffée de sang. Même aux yeux des criminels, l'horreur a des limites.
Je m'en moque. Pour moi, la mort est un art et les cadavres, une matière première indispensable pour mes oeuvres.
Vassily est le seul à comprendre.
Jusqu'à ce que sa fille, Eleyna, frappe à ma porte et me demande de lui apprendre mon monde.


Mon avis

Il y a des livres qu'on n'oublie pas facilement. les raisons peuvent être diverses mais surtout très variées. Bratva fait partie de ceux-là. Au moment d'écrire ma chronique, je suis toujours emplie du même dégoût avec cette nausée écœurante qui ne m'a pas encore quittée. 
Vous vous attendez sûrement à ce que je vous dise que je n'ai pas aimé ce livre... Et bien, c'est tout le contraire! C'est même un gros gros coup de coeur. 
Non, je vous rassure, je ne suis ni folle, ni psychopathe. Quant à l'auteur, on pourrait se poser la question tant son récit est glaçant...
Cela vous intrigue n'est-ce pas? Alors, suivez-moi et plongez-vous au coeur même de ce récit.

A travers ce livre, l'auteur nous emmène dans les recoins de Saint-Pétersbourg. C'est là que nous ferons la connaissance de Rayna, une jeune femme bien différente des autres. Tatouée de partout, elle représente, à travers chacun de ceux-ci, son histoire glaçante, son parcours macabres! Que vous dire de plus sur elle sans trop vous en dévoiler? Vous devez savoir que son histoire meurtrière a commencé très jeune. Elle a tué un homme pour défendre sa mère. Un meurtre, ou plutôt un massacre, d'une violence inimaginable. Ce premier meurtre va bouleverser le reste de sa vie. Elle sera prise, ce jour-là, sous l'aile de Vassily, le patriarche de la famille Aslanov, une des deux familles les plus importantes de Saint-Pétersbourg. Il va lui apprendre le calme, la douceur, la beauté, les bons gestes et la dextérité dans l'art de tuer et de mettre en scène ses cadavres! Avec elle, il va créer un monstre... SON monstre; une psychopathe qui n'a peur de rien, n'a aucune limite. 
Alors, quand ce protecteur va lui demander de "s'occuper" de la famille rivale, jusqu'où sera-t-elle capable d'aller?

Dès les premières pages, l'auteur nous emporte avec elle dans son récit à tel point qu'il en devient addictif au possible. Malgré la nausée qui m'envahissait page après page, je n'arrivais pas à détourner les yeux de ce récit, à me décider de fermer ce livre.
Je ne sais pas dans quelles conditions il a été créé, ni même d'où vient l'inspiration de l'auteur mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'avec ce livre, elle fait mouche et en mettra au tapis plus d'un. 
Sa plume est juste incroyable... à la fois fluide mais surprenante. L'auteur nous dévoile des détails impressionnants; elle va très loin dans ses descriptions au point d'en rendre malade le lecteur tout en l'absorbant. Paradoxal, n'est-ce pas?

Quant à la fin, ce fut une sacré claque... Je m'attendais à tout sauf à cela. L'auteur a poussé la surprise jusqu'au bout! 

Vous l'aurez compris et je le redis, ce livre est un vrai coup de coeur que je ne peux que vous conseiller. Enfin, conseiller aux lecteurs avertis tout de même car il faut avoir le coeur et l'estomac bien accrochés. J'espère qu'il vous subjuguera autant qu'il m'a happé et j'attends donc vos avis avec impatience.


Ma note


jeudi 31 janvier 2019

L'enfant du désert (Claire Eggermont, Marc N'Guessan, Pierre Rhabi)

Editions Plume de Carotte
112 pages
18 euros


4ème de couverture

De sa naissance en 1938 dans un village du désert algérien à aujourd'hui où il parcourt le monde pour partager ses expériences et son savoir, Pierre Rabhi semble avoir vécu mille vies. D'abord petit employé de banque puis ouvrier à la chaîne, il a, très tôt, quitté ces univers étouffants et voulu expérimenter d'autres façons de vivre, libre, en accord avec la nature. Il est devenu un agriculteur passionné, un écrivain et un conteur hors pair. Il a aussi initié de nombreux mouvements qui mettent en pratique ses idées autour d'une agroécologie respectueuse de l'environnement et des Hommes.


Mon avis

Pierre Rabhi est l'un des hommes dont on parle le plus en ce moment. Il est un modèle, une personne ressource concernant l'écologie. Un sujet d'ailleurs au cœur de notre actualité et qui concerne chacun d'entre nous.

A travers ce livre divisé en 10 chapitres, il revient sur son histoire, sur les étapes importantes de sa vie qui ont fait de lui, l'homme qu'il est. 
Incroyable conteur, il se livre délicatement aux enfants et se met à leur portée  pour les conscientiser sur l'importance de la vie et sa beauté. Mon fils de 7 ans a pris beaucoup de plaisir à lire ce livre tant le vocabulaire est accessible aux plus jeunes mais également tant les illustrations sont splendides... Elles correspondent parfaitement au récit et lui apportent une touche magique.
Il revient sur l'importance de vivre en harmonie avec la terre, ce que l'homme a tendance à oublier. Il nous parle de ses pratiques, de ses habitudes de vie et nous donne quelques conseils pour revenir à l'essentiel...

"Notre terre est une mère qui vit
et qui respire. Vous lui demandez
beaucoup, mais vous ne lui donnez
rien en retour. Vous devez l'aimer
et la nourrir. Aujourd'hui, elle est
affamée, fatiguée. L'esprit de la terre
est fâché. Les produits chimiques
l'ont agressée. C'est peut-être parce
que les hommes n'ont plus respecté
la vie qu'elle se retourne contre eux...
Il est urgent de recréer le grand cercle
de la solidarité entre le ciel, la terre,
les végétaux, les animaux
et vous-mêmes." 

Sans oublier les dernières pages du livre qui nous dévoilent quelques dates importantes mais aussi quelques explications sur certaines notions et concepts... ce qui fait de ce livre un véritable outil.

Je ne peux que vous conseiller ce récit incroyablement fort, poétique et engagé nous dévoilant une vie simple, singulière et particulière... le tout, partagé avec beaucoup d'humilité. 


Ma note




    mercredi 30 janvier 2019

    Roméo cherche Roméo (Justin Myers)

    Editions J'ai Lu
    320 pages
    13.90 euros


    4ème de couverture

    Gay, gaffeur et célèbre malgré lui... Le cousin de Bridget Jones! James vient de rompre. Comme il tourne en rond dans son studio et au boulot, il décide de reprendre sa vie amoureuse en mains. Mais à l'ère digitale, pas facile de rencontrer le grand amour romantique! En attendant, jouant de son humour et de sa belle plume, James trompe l'ennui en racontant sur son blog ses blind dates sous le pseudo de Roméo. Une initiative qui ne tarde pas à faire le buzz. Mais qui est donc Roméo? Devenu malgré lui une célébrité du net, Jamais ne se doute pas des péripéties qui vont suivre. L'amour sera-t-il au bout de l'aventure?


    Mon avis

    Roméo... Qui est vraiment Roméo? Qui se cache derrière ce pseudo? 
    Après une rupture déchirante, James ne voit plus d'éclaircies dans sa vie. Il tente de tourner la page en s'inscrivant sur un site de rencontre mais il se rend vite compte que ce n'est pas cela qui le rendra heureux. Alors, pour tourner la page, il crée un blog sur lequel il va décrire ses différentes rencontres, va noter ses conquêtes... Une manière pour lui de se soulager. Mais est-ce vraiment la solution?

    A travers ce livre, l'auteur aborde des sujets très actuels comme l'homosexualité mais surtout les rencontres via les réseaux sociaux et le harcèlement lié à ceux-ci. Pour découvrir tout cela, il va nous plonger dans la vie de James; un personnage attachant et entier qui, à première vue, paraît sûr de lui. Qu'en est-il réellement? On se rend vite compte qu'il n'est qu'un homme comme un autre avec ses défauts et ses qualités, ses forces et ses faiblesses. Un homme à travers lequel bon nombre d'hommes pourraient se reconnaître.

    Les réseaux sociaux sont partout autour de nous. Qui aurait pu prétendre "draguer" via ceux-ci il y a 20 ans? A l'heure d'aujourd'hui, ces rencontres ont la côte... Des rencontres aussi improbables que remplies d'émotions. Des rencontres qui peuvent à la fois nous faire rire et réfléchir. De quoi dédramatiser ce sujet parfois tabou encore actuellement tout en nous mettant en garde sur les dangers de ceux-ci. Quelle est la limite entre la vie réelle et la vie virtuelle? Elle est souvent difficile à placer! James en fera d'ailleurs les frais bien malgré lui...

    Que dire de l'écriture? Un début un peu lent mais une plume fluide, dynamique et fraîche qui va rendre ce récit addictif à tel point qu'il est compliqué de fermer le livre, d'arrêter de tourner les pages tant on a envie de connaître le dénouement... qui sera le dernier Roméo?
    Dénouement qui m'aura laissée un peu sur ma faim... je m'attendais à tout sauf à cela.

    Alors même si ce n'est pas mon style de prédilection, je ne peux que vous conseiller ce roman car j'avoue avoir pris beaucoup de plaisir durant ma lecture. Une romance basée sur les réseaux sociaux à découvrir sans hésitation.


    Ma note

    16/20

    dimanche 27 janvier 2019

    Comme des rats morts (Benedek Totth)

    Editions Actes Sud
    255 pages
    21.80 euros


    4ème de couverture

    Ils fréquentent le même lycée et ont les mêmes passe-temps: la natation, les jeux vidéo, le sexe, l'alcool, la drogue... Quand ils ne sont pas à la piscine en train de s'entraîner, ils se murgent chez l'un ou l'autre, fument joint sur joint, enchaînent les parties de GTA, matent des pornos et se tapent leurs copines. Et puis il y a les virées. Ce soir-là, ils avaient coché toutes les mauvaises cases: une voiture "empruntée", l'aiguille dans le rouge au compteur, les pupilles explosées. Ils tuent un cycliste en rase campagne. Ça flippe pas mal pendant quelques jours, et puis les choses reprennent leur cours.
    Un peu bêtement, mais c'est l'âge, ils se figurent que la nouveauté est le meilleur remède contre l'ennui. Alors quand ils en ont marre de l'herbe, ils pilent des cachets de toutes les couleurs pour voir ce que ça fait: quand le porno classique ne suffit plus, ils se tournent vers le bizarre; et quand ils ont épuisé leur stock de vannes sur le souffre-douleur de la bande, ils passent aux coups. De là à faire le projet de le tuer, il n'y aura plus qu'un pas.


    Mon avis

    Il m'est difficile d'écrire cette chronique aujourd'hui tant ce livre m'a laissée perplexe... Je ne vais pas vous le conseiller mais je ne vais pas non plus vous le déconseiller. Paradoxal n'est-ce pas? Pourtant c'est une dure réalité... il n'est ni bon, ni mauvais... Il ne se démarque pas tout simplement. Lu dans le cadre du prix du balai d'or organisé par le concierge masqué, il m'est important de rester le plus jute possible...

    A travers ce livre, l'auteur aborde un thème souvent traité en littérature: l'adolescence. Il est donc nécessaire d'innover pour se démarquer mais ce petit plus, l'auteur ne l'a pas trouvé pour me combler. Il nous plonge au coeur de la vie de 4 adolescents dont notre narrateur fait partie, des années après le drame... Nous les retrouvons à travers leur quotidien... Des ados blasés qui, comme souvent, tentent de repousser les limites pour s'éclater. Des ados sans futur, sans but, sans limite, qui vivent l'instant présent sans jamais penser aux conséquences.
    Page après page, nous découvrons ce récit lent, très lent où la délinquance ne cesse d'être présente, où les scènes crues se succèdent les unes aux autres et le tout sans réflexion!

    Ce n'est pas pour autant que le récit est ennuyeux... Voilà le paradoxe! En effet, même si le langage familier de ce livre ne m'attire pas particulièrement, il est tout de même relativement bien écrit. Cependant, il manque cruellement d'un fil conducteur pour l'intrigue. L'auteur part dans tous les sens sans jamais aboutir totalement dans la direction qu'il nous propose.
    Il faudra attendre les 50 dernières pages pour avoir cette montée d'adrénaline qui nous tient en haleine bien que gâchée par le résumé se trouvant sur la 4ème de couverture.

    Ce roman me laisse perplexe mais je suis convaincue qu'il plaira à bon nombre d'entre vous. Je vous laisse donc vous faire votre propre avis et je les attends avec impatience.


    Ma note

    11/20