dimanche 16 février 2020

T'choupi fait des crêpes (Thierry Courtin)

Editions Nathan
22 pages
5.70 euros


4ème de couverture

De la farine, des oeufs, du lait... tout est prêt pour les premières crêpes de T'choupi!


Mon avis

Les albums de T'choupi sont très attendus à la maison. Ils remportent systématiquement un franc succès. Celui-ci ne dérogera pas à la règle. A peine arrivé, il est directement emporté vers le fauteuil. On arrête tout et hop, on découvre cette histoire.

Cette fois, l'auteur nous propose une confection de crêpes. Avec l'aide de sa maman, T'choupi va se lancer dans une activité culinaire car papi et mamie viennent pour le goûter. Une histoire toute mignonne et très colorée comme d'habitude qui va nous permettre d'aborder des notions importantes avec les enfants tels que les règles d'hygiène quand on cuisine mais aussi les ustensiles et ingrédients que l'on a besoin pour fabriquer la pâte à crêpes. 

Une fois de plus, cet album a fait l'unanimité. Avec ses illustrations colorées et son papier glacé, il ravit les grands comme les plus petits. A peine la dernière page tournée que les enfants étaient déjà dans la cuisine et les placards. Avez-vous deviné pourquoi? Pour réaliser une pâte à crêpes bien évidemment car cet album nous en propose une. Là aussi, elle fit l'unanimité et toutes les crêpes ont été dévorées en un temps record! 

Il est bien évident que nous vous conseillons ce livre et nous attendons vos retours avec impatience.


Ma note

18/20


Un petit bonus?
  1. Verse dans un saladier 250g de farine et forme un petit puits.
  2. Casse 2 oeufs.
  3. Ajoute 25cl de lait et 25cl d'eau. Mélange bien avec un fouet jusqu'à ce que ta pâte soit bien lisse.
  4. Ajoute une petite pincée de sel. Tu peux ajouter aussi un petit bouchon d'eau de fleur d'oranger.
  5. Laisse reposer un peu au frigo et hop, ta pâte est prête!

samedi 15 février 2020

Pour seul refuge (Vincent Ortis)

Editions Robert Laffont
Collection "La bête noire"
322 pages
13.90 euros


4ème de couverture

De la neige à perte de vue, une ourse affamée, pas une habitation à des kilomètres à la ronde.
Seuls, perdus dans les immensités sauvages du Montana, à plus de deux mille mètres d'altitude, deux hommes se font face: un jeune Indien accusé de viol avec tortures et le juge qui l'a condamné.
Chacun possède la moitié des informations qui pourraient les sauver, or: ensemble, ils s'entretueront. Séparés, ils mourront.


Mon avis

Imaginez-vous... Une cabane au fond d'un bois, de la neige à perte de vue, un temps plus que glacial et un psychopathe inattendu... Tous les éléments sont réunis pour l'écriture d'un bon huis clos.

A travers ce livre, l'auteur nous envoie au fin fond du Montana et qui plus est, en plein hiver. Qui aurait envie de mettre le nez dehors à cette période? C'est pourtant dans ce décor blanc où les traces humaines se font rares que notre histoire va se jouer. Quand un juge va rencontrer un policier et un homme maintenu en captivité, cela donne un scénario surprenant, mais terriblement addictif... Il m'est difficile de vous en parler sans trop en dire, voilà pourquoi je préfère ne pas aborder l'histoire en elle-même.

C'est un roman choral qui nous est proposé ici. Un roman qui va alterner le point de vue des différents protagonistes. Cette alternance est un exercice difficile, je trouve car c'est prendre le risque que le lecteur se perde, mais ici, l'exercice est totalement maîtrisé. Je dirais même plus, l'auteur maîtrise celui-ci avec brio, un vrai savoir-faire qui fait que le rythme de son récit est soutenu. Ce livre est une véritable pépite. Il est rare qu'un premier roman soit aussi bon et aussi bien construit. L'écriture est juste parfaite. Vincent Ortis a déjà une plume bien acérée, une plume digne des plus grands! Dès les premières pages, l'auteur a réussi à happer son lecteur tout en le déstabilisant. Pourtant, il a pris le parti de ne pas innover. Aucune originalité dans ce roman, mais ce n'est pas grave car l'intrigue est bien construite et sonne juste.

Quant à la fin, elle m'a surprise comme bon nombre d'éléments dans ce récit. Une fin surprenante qui en dit long sur les capacités d'écriture de l'auteur.

J'ai passé un très bon moment avec ce livre et je ne peux que vous conseiller de le découvrir à votre tour. J'attends vos retours avec impatience!


Ma note

19/20


vendredi 24 janvier 2020

Exceptionnelle Coco Chanel (Elizabeth Matthews)

Gründ Editions
30 pages
12.95 euros


4ème de couverture

Gabrielle Chanel, petite fille pauvre, a eu très tôt la conviction qu'elle ferait de grandes choses. Cet ouvrage retrace sa vie et sa carrière: celles de Coco, une femme libre, inépuisable et exceptionnelle créatrice. Elle reste, encore aujourd'hui, un modèle d'audace et d'anticonformisme.


Mon avis

"Tic Tac Tic, c'est l'heure de s'asseoir... Tic Tac Tic, c'est l'heure de s'asseoir, mon histoire va commencer!"
Cette phrase entame notre petit rituel à la maison. Aujourd'hui, les enfants sont en congé car c'est journée pédagogique à l'école.  Je pose donc mon livre et m'installe dans le canapé pour leur lire un album et réaliser quelques activités sur celui-ci. C'est Lilou qui a choisi l'album que je vais vous présenter aujourd'hui au grand désespoir des garçons.

Cet album nous raconte la vie de Coco Chanel, une grande dame connue dans le monde de la mode pour son élégance et son raffinement. Issue d'une famille pauvre, Gabrielle Chanel n'a pas été épargnée par la vie. Très jeune, elle a dû affronter la maladie, la mort, la séparation et le clivage social. Mais c'est aussi à cette époque qu'elle apprend à coudre et qu'elle se rend compte de l'habileté de ses mains. Sa force de caractère ne va faire que grandir avec le temps. Gabrielle sait ce qu'elle veut être dans la vie et va tout faire pour y arriver, pour aller au bout de ses rêves...

Cet album est superbement bien écrit. Il relate à merveille la vie de cette grande dame et met en avant son combat pour la liberté de la femme. Elle sort des sentiers battus avec ses vêtements hors normes mais elle y croit, ne s'occupe pas du regard des autres et révolutionne ainsi le monde de la mode.

Quant aux illustrations, elles sont juste splendides et changent littéralement du noir et du blanc propre à l'univers de Coco Chanel. Avec une touche d'humour et des couleurs pastelles, elles attirent le regard et complètent cet album à merveille.

Chez nous, cet album a fait sensation même chez les garçons moins emballés au départ. On espère d'ailleurs que d'autres albums sortiront pour évoquer la vie d'autres personnages.
Vous l'avez compris, nous ne pouvons que vous conseiller fortement de découvrir celui-ci très vite.


Ma note

18/20



    mardi 21 janvier 2020

    Ce que tu as fait de moi (Karine Giebel)

    Editions Belfond
    552 pages
    20.90 euros


    4ème de couverture

    Personne n'est assez fort pour la vivre. 
    Personne n'est préparé à l'affronter, même si chacun la désire plus que tout.
    La passion, la vraie...
    Extrême.
    Sans limites.
    Sans règles.

    On se croit solide et fort, on se croit à l'abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n'y tombera. Pourtant, il suffit d'un seul faux pas. Et c'est l'interminable chute.

    Aujourd'hui encore, je suis incapable d'expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j'avais plongé seul...

    Cette nuit, c'est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d'interrogatoire. Que s'est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie?

    Si nous résistons à cette passion, elle nous achèvera l'un après l'autre sans aucune pitié.

    Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu'elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques?

    Si nous ne cédons pas à cette passion, elle fera de nous des ombres gelées d'effroi et de solitude.
    Si nous avons peur des flammes, nous succomberons à un hiver sans fin.


    Mon avis

    Il y a des livres qui marquent, qui font réagir... Peu importe pourquoi mais on ne les oublie pas de si tôt. "Ce que tu as fait de moi" fait partie de ceux-ci.

    A travers ce livre, l'auteur nous plonge au coeur d'un commissariat lors d'un interrogatoire... Celui de Richard Ménainville, le commandant des Stups. Chose surprenante, ce n'est pas lui qui questionne car c'est lui l'accusé. Mais que fait-il là? Au même moment, dans une autre salle, Laëtitia, se confie.... Pourquoi en sont-ils arrivés là? Qu'a-t-elle à dire?
    Au risque d'en dire trop, je n'en dirai pas plus. Je pense d'ailleurs que la 4ème de couverture en dit déjà bien assez...

    Avec ce livre, l'auteur frappe fort! Elle joue avec nos émotions aussi bien qu'elle joue avec les mots. Elle a ce pouvoir de nous plonger dans un malaise profond et de nous faire réagir au point que l'on se questionne sur nos propres limites. Elle n'a peur de rien, n'hésite pas à nous proposer une histoire glauque, sordide, immonde! Et le pire de tout, c'est que malgré la nausée qui nous envahit page après page, Karine Giebel nous embarque avec elle au point que j'ai dévoré ce livre en quelques heures seulement. Je tournais les pages les unes après les autres pour connaître le dénouement.
    Avec le prologue, elle plante le décor et nous annonce la couleur. Elle ne met pas de gants! Le lecteur est prévenu. Pourtant, la surprise est de taille car à aucun moment, l'auteur se calme avec la cruauté de ses propos.
    550 pages, c'est long me direz-vous? En effet... Mais pourtant même si quelques pages auraient pu être supprimées, il n'y a pas tant de longueurs que cela. Ces 550 pages, on ne les voit pas passer car elle a cette capacité d'insuffler des petites choses nouvelles régulièrement dans son récit. Jusqu'à la fin, l'auteur nous surprend. D'ailleurs quelle fin! Abasourdissante comme le reste!

    Je ne vais pas vous dire que j'ai aimé ce récit, ce n'est pas le cas! Mais je ne l'ai pas détesté non plus! Incroyable n'est-ce pas? Ce que je peux vous dire c'est que l'auteur a une plume incroyable et un talent certain! Mais avec ce livre, je regrette profondément la manière dont Karine Giebel a traité le sujet qu'elle évoque. J'ai beaucoup de mal avec cela mais ça n'engage que moi. Je me suis mise à la place d'une victime et je n'ose pas imaginer sa réaction face à ce livre. Une histoire d'amour passionnelle même si irrationnelle, ne peut conduire à de tels actes, à de telles dérives! Et excuser des actes horribles au nom de la passion et de l'amour n'est pas possible selon moi!

    "Cet homme déclenchait en moi des réactions aussi violentes que contradictoires. Je le détestais, je le désirais, je l'admirais, je le méprisais..." (p.330)

    Alors, pour une fois, je ne vais ni vous conseiller ce thriller proche du roman noir, ni vous le déconseiller. C'est à vous, en votre âme et conscience, à prendre la décision de le découvrir ou non. Je suis certaine que beaucoup vont aimer et puis d'autres complètement détester, c'est indéniable.


    Ma note 

    17/20

    lundi 20 janvier 2020

    Coeur & âme (Jean-Philippe Lux)

    Autoéditions
    218 pages
    15 euros


    4ème de couverture

    Afin de fuir une période difficile de son existence, Valentin décide d'accepter un nouveau poste. Débarquant dans cette ville qui lui est totalement inconnue, il ne rêve que d'une chose, pouvoir démarrer une nouvelle vie en oubliant ses déboires qu'il espère avoir laissés loin derrière lui. Plutôt réservé, ses premiers pas au commissariat vont lui paraître compliqués jusqu'au jour où il croise la route d'une mystérieuse femme qui ne tarde pas à envahir ses pensées pour ne plus jamais en sortir. Mais, si cette rencontre va agrémenter son futur d'une tornade de sentiments puissants, il est loin d'imaginer que l'on ne peut jamais totalement se débarrasser du passé...


    Mon avis

    Comme vous le savez, je ne lis que très rarement des livres auto-édités. Les raisons sont simples, ils manquent cruellement de correction et sont souvent relativement brouillons. Pourtant, aujourd'hui, je fais une exception en vous présentant le tout premier roman d'un auteur de la région. A l'heure où je vous écris, il en a sorti d'autres mais il m'a conseillé de les lire dans l'ordre alors je joue le jeu. Qu'en ai-je finalement pensé?

    A travers ce livre, l'auteur nous plonge dans la vie de Valentin et de Raphaëlle. Le moins que l'on puisse dire, c'est que nos deux protagonistes ont un passé compliqué. Aujourd'hui, ils tentent de se reconstruire. Alors, quand ils se rencontrent, ils se cherchent, se découvrent et tombent amoureux. Cela donne un duo particulier mais attachant. Cependant, leur passé respectif ne sera-t-il pas un frein à cet amour? Seront-ils encore capables d'aimer?

    Jean-Philippe Lux a pris le parti d'alterner ici l'histoire de Valentin et le point de vue de Raphaëlle en y incluant quelques flash-back. Pari osé car c'est prendre le risque que le lecteur s'y perde. Pour moi, sa mission est réussie car sa prise de risque enrichit l'histoire. Cette alternance nous permet également de nous plonger au coeur même des pensées des protagonistes qui finalement, malgré toutes les craintes de ceux-ci, sont loin d'être différentes. Il profite également de cette technique pour mettre en avant le fait que le passé n'est jamais très loin et que quoi que l'on puisse en dire, il a souvent une influence sur notre avenir.

    Que dire de la plume de notre auteur? Elle est sympathique mais un peu faible. Comme je le craignais, on sent le premier roman auto-édités: quelques longueurs, certains dialogues un peu trop proches de l'écrit, de nombreux éléments prévisibles, ... mais cela ne gâche pourtant pas la lecture. L'auteur a ce pouvoir de nous transporter avec lui et de nous accrocher au récit. Sa manière de dépeindre les relations humaines est exceptionnelle au point que le récit en devient addictif. Sans oublier que, malgré les quelques erreurs, sa plume reste fluide et c'est peut-être le plus important!

    Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce drame sentimental. Si l'on passe sur le fait que l'écriture n'est pas parfaite, je suis persuadée que ce roman pourrait vous plaire. Il a cette touche de modernité que beaucoup recherche. Me concernant, je vais suivre cet auteur et vous en parler régulièrement car je suis certaine qu'il a un réel potentiel.
    Alors amis lecteurs, amis blogueurs, faites-moi confiance et partez à la découverte d'un auteur belge.


    Ma note

    16/20

    dimanche 12 janvier 2020

    La piste aux étoiles (Nicolas Lebel)

    Editions French Pulp
    217 pages
    15 euros


    4ème de couverture

    Quand on propose à l'Embaumeur de participer à un projet d'exposition de cadavres, il faut s'attendre à un refus: un défunt, ça se respecte, ça ne s'exhibe pas!
    Mais dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l'on veut, encore moins lorsqu'Interpol s'en mêle.
    Mandoline va devoir s'inviter dans la folie morbide d'un artiste mégalo et s'infiltrer dans sa forteresse turque pour tenter de lever le voile sur un trafic international de cadavres...


    Mon avis

    C'est toujours un plaisir d'ouvrir un livre de Nicolas Lebel. Aussi sombre qu'humoristique, son écriture est juste incroyable. Dans ce livre, pas de capitaine Mehrlicht. Nicolas Lebel s’attelle ici à une tout autre tâche... le 14ème opus d'une série appelée "l'embaumeur" et qui met en scène le personnage de Luc Mandoline, ancien légionnaire, devenu par la suite thanatopracteur. Ca vous intrigue n'est-ce pas?

    Quoi vous dire sans trop en dire? Imaginez-vous un personnage devant venir en aide à un ami. Seule façon de l'aider... accepter une mission dont personne ne voudrait tant elle est repoussante: préparer des cadavres pour les exposer aux yeux de tous!
    Nicolas Lebel nous propose ici un "Monsieur Loyal" au coeur de la Turquie d'Erdogan...
    Comme à son habitude, il n'hésite pas à mettre en avant de nombreux faits d'actualité et amène le lecteur à une réflexion profonde  sur des sujets déontologiquement compliqués.
    Entre trafics d'êtres humains, plastination, donation des corps à la Sciences, sans oublier la problématique des migrants et des djihadistes, ... le lecteur est servi.
    Je ne vous en dirai pas plus sur l'histoire au risque d'en dire trop.

    J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce one shot que nous propose l'auteur. Ce livre est agréable à lire et même si, il est déroutant car différent, il n'en reste pas moins attrayant.
    Je ne peux donc que vous conseiller cette histoire dynamique où atrocité, suspens, originalité et humour sont les maître-mots.


    Ma note

    17/20

    mercredi 13 novembre 2019

    Jason et la Toison d'or (Hélène Montardre)

    Edition Nathan
    65 pages
    5.80 euros


    4ème de couverture

    Pour récupérer son trône, Jason doit rapporter la Toison d'or au roi Pélias. Mais la parure du bélier merveilleux se trouve en Colchide, une région qu'il ne peut rejoindre sans risquer sa vie.
    Loin de se laisser impressionner, Jason s'entoure de héros courageux, les Argonautes, et se lance dans un périlleux voyage...


    Mon avis

    L'auteur nous propose ici un récit mythologique qu'elle aime tant. La mythologie grecque est en effet son domaine de prédilection.
    C'est toujours un plaisir de la retrouver car elle a ce pouvoir de nous embarquer avec elle dans des aventures incroyables et pourtant tellement connues.

    Dans ce livre, l'auteur revient sur le célèbre mythe de Jason. Rappelez-vous...  Jason a été élevé par le centaure Chiron, loin de ses parents, dans le but de le protéger de son oncle Pélias. Ce dernier a chassé son père du trône et est devenu roi. Bien des années plus tard, devenu grand et fort, Jason s'est mis en tête de récupérer le trône qui lui appartient. Pélias, malin, lui accorde ce droit mais, à l'unique condition qu'il ramène la Toison d'or. Ce n'est pas un souci pour Jason qui, s'entourant de vaillant jeunes hommes, embarque sur l'Argo, un bateau construit par l'un deux. C'est parti pour un long périple semé d’embûches en direction de la Colchide...

    Tout en simplicité, l'auteur permet aux plus jeunes de découvrir ce mythe célèbre. Ici, pas de fioritures mais des mots simples qui vont à l'essentiel. Grâce à des chapitres courts, l'auteur emmène les lecteurs avec elle et leur donne le goût de l'aventure.

    Je ne peux que vous conseiller ce récit rythmé et fidèle au texte d'origine.


    Ma note

    18/20