mercredi 30 mars 2022

366 dates pour célébrer les femmes (Benjamin Valliet)

Editions Favre
210 pages
18 euros

 
4ème de couverture
 
Si, de nos jours, il est enfin devenu plus courant de voir à l'oeuvre de brillantes femmes pilotes, chirurgiennes, députées, ambassadrices, ingénieures ou encore sportives d'élite (y compris dans des disciplines anciennement peu mixtes), la lutte a été longue et elle n'est pas terminées, car certains principes d'égalité sont encore loin d'être acquis et ceux qui le sont peuvent à tout moment être remis en cause. D'où l'importance de sensibiliser les jeunes générations et de faire sauter les barrages, préjugés ou plafonds de verre qui obscurcissent le ciel des aspirations féminines.
 
Cet ouvrage entend participer au devoir de mémoire, honorer les avant-gardistes et poursuivre le combat. Pour ce faire, il compile, sur 366 dates (pour les années bissextiles), les faits marquants de l'émancipation et de la réussite des femmes. En Europe essentiellement, mais aussi dans le monde entier. Y sont consignées également les dates historiques des droits des femmes - IVG, droit de vote, autorisation de pouvoir passer tel concours administratif, de s'inscrire dans une grande école ou encore d'officier dans des corps de métiers jusqu'alors réservés aux hommes.

Ce livre est forcément subjectif et ne prétend pas être exhaustif. Mais en nous accompagnant chaque jour de l'année avec le rappel d'un exploit féminin ou d'un acquis important sur l'égalité entre les genres, il éveille les consciences et stimule la confiance.


Mon avis

Je ne vais pas vous mentir, ce n'est pas le premier livre que j'aurais acheté en me rendant dans ma librairie préférée... Le titre "366 dates" ne donne pas forcément envie d'en savoir plus. Cependant, le fait de pouvoir le recevoir change la donne et me donne une bonne raison de me plonger à l'intérieur. Verdict: ce fut une vraie surprise!

L'auteur, avec cet ouvrage, frappe fort! Il véhicule un message fort et malgré le fait que ce soit un homme, il décide de mettre la femme en avant. Il signe ici un concept original. En effet, durant toute l'année, le lecteur aura l'occasion de découvrir jour après jour, date après date, des grands exploits féminins et autant d'avancées importantes.
Le lecteur va pouvoir se replonger dans la vie de femmes bien connues mais il va également pouvoir découvrir celle de femmes dont le nom a été oublié. De mon côté, j'ai eu la chance d'en apprendre énormément, de découvrir de grands noms mais surtout de belles histoires à travers d'anecdotes intéressantes et de récits prenants.

D'une main de maître, l'auteur nous replonge dans le passé de la lutte féminine. Avec beaucoup de finesse, il met en avant toutes les femmes qui se sont battues au quotidien pour permettre au monde et aux mentalités d'évoluer.

Je ne peux que vous conseiller de lire ce livre, de méditer ses messages, de faire découvrir autour de vous la vie de ses femmes remarquables et de partager des combats ensemble afin que personne n'oublie le passé.


Ma note

15/20

Fin de vie en République: avant d'éteindre la lumière (Erwan Le Morhedec)

 Editions du Cerf
210 pages
20 euros
Sortie: 6 janvier 2022
 
 
4ème de couverture
 
Quand certains demandent un droit de mourir dans la dignité par l'euthanasie, doit-on considérer dès lors comme indigne la mort naturelle des autres? Comment en sommes-nous arrivés à un tel paradoxe?
A la fois libelle et enquête, le livre-évènement d'Erwan Le Morhedec force à regarder les choses en face: si l'euthanasie et le suicide assisté sont légalisés, les valeurs fondamentales de liberté, d'égalité et de fraternité qui fondent l'humanisme républicain de notre société sont corrompues. Cette loi soumettra des êtres parvenus au stade ultime de la vulnérabilité aux pressions conjointes de la société, de la médecine et de l'entourage. Elle oblitérera la latitude de jugement des soignants et des familles, les placera face à des contradictions et des dilemmes insurmontables, les forcera à la désincarnation pour faire d'eux un instrument fatal.
Mais cet ouvrage essentiel n'est pas que percutant. Il est aussi convaincant en raison de l'investigation de terrain qui le fonde. C'est auprès des soignants, des malades et de leurs proches, dans les établissements de soins palliatifs, qu'Erwan Le Morhedec est allé recueillir, au cours d'heures d'entretiens, les témoignages de situations réelles.


Mon avis

Il m'est difficile de vous parler de ce livre tout en restant objective. En effet, le discours découvert à travers cet ouvrage ne me convient absolument pas. 
J'ai donc pris la décision de vous en parler de manière superficielle afin que vous puissiez chacun vous faire votre propre avis sur cet essai contre l'euthanasie.

A travers cet ouvrage, Erwan Le Morhedec met en évidence le fait que l'euthanasie porterait atteinte à notre pacte social. Pour lui, elle met à mal les piliers de la République française qui sont la liberté, l'égalité et la fraternité. Il met en avant les conséquences d'une telle loi sur le principe des soins palliatifs notamment. Il évoque bien d'autres arguments dans cet ouvrage mais pour ne pas trop vous en dire, je préfère m'arrêter là.

De manière objective, je dirais que quoi que je puisse penser de son discours, sa plume est irréprochable! Il développe chacun de ses arguments de manière profonde et va ainsi au bout de ses idées, de sa pensée.
 
Je ne peux que vous conseiller de découvrir cet essai car même si pour moi, ce ne fut pas un coup de coeur... il est important que chacun puisse se faire son propre jugement sur cet ouvrage. J'attends vos retours avec impatience.
 
 
Ma note
 
12/20

mercredi 2 mars 2022

Le jour où mon père n'a plus eu le dernier mot (Marc Meganck)

Editions F. deville
300 pages
20 euros
 
 
4ème de couverture
 
William Braecke, 42 ans, est dévasté par sa rupture avec la jeune Anaïs. Il se met en tête d'emmener son père en voyage en suivant l'ancienne route maritime des pêcheurs d'Islande, trajet inspiré par un roman de Pierre Loti, l'un des rares livres de chevet que Kasper Braecke n'ait jamais eu. Un voyage peu commun, mais l'unique façon de le convaincre de partir.
 
Se rapprocher, créer un lien est urgent, et même vital, car le temps est compté. Kasper, ce père austère, raciste et distant qui l'a vu naître, qui l'a éduqué, cache encore un dernier mystère qui ronge William depuis sa plus tendre enfance. 

Cette quête de vérité - de paternité - les emmènera loin, au-delà de l'horizon, dans le froid de l'Atlantique Nord. Un voyage pour percer un secret de famille, pour nourrir un homme au milieu de son existence, envahi par les peurs léguées par ses parents et blessé par l'absence de tendresse...


Mon avis

A travers ce livre écrit à la première personne du singulier, nous allons pouvoir plonger en plein coeur de la vie William Braecke, un quarantenaire qui vient de rompre avec la belle Anaïs. Une blessure de plus dans sa vie déjà tellement chaotique. En effet, notre narrateur n'a pas eu une enfance facile. Il a cruellement manqué de tendresse et de soutien des siens. Il a dû se construire seul, grandir seul sans compter sur personne tout en se sentant différent. Né d'un père raciste et d'une mère silencieuse qui est soumise à l'autorité de son mari ainsi qu'à la religion. Son frère n'est guère mieux; il le déteste et ce dernier est constamment violent avec lui. Ne voulant pas suivre le même chemin, il se réfugie dans les études pour s'en sortir.
De nombreuses questions ont hanté son enfance et lui traversent la tête régulièrement. Aujourd'hui, il est temps pour lui d'en obtenir les réponses. Il est temps de faire parler son père, d'aller révéler des secrets enfouis depuis bien trop longtemps... Il est temps de le faire parler coûte que coûte, de le faire craquer! C'est lors d'un voyage sur les traces de Pierre Loti qu'il va tout tenter...
 
Il m'est difficile de vous en dire plus sans en dévoiler trop. Ce que je peux encore vous dire c'est que ce livre est un véritable uppercut. Le narrateur se dévoile corps et âme sur des blessures d'enfance encore très douloureuses à l'heure d'aujourd'hui! Dès les premières pages, la tension est palpable. Il happe son lecteur par son récit inimaginable. Il ne le lâchera plus et le lecteur n'aura qu'une envie, connaître l'issue de ce voyage initiatique! Issue qui lui donnera une nouvelle claque tant elle est insoupçonnée.

Que dire de la plume de l'auteur? Elle est aguerrie, c'est le moins que l'on puisse dire... Fluide et efficace, elle va à l'essentiel. Même si j'ai pris beaucoup de plaisir à la découvrir, je doute qu'elle soit accessible à tout le monde tant le vocabulaire est riche et l'écriture pointue.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce roman initiatique à la recherche de pansements aux blessures du passé. Un roman qui est à la fois passionnant, percutant et dérangeant. Il ne se dit pas autobiographique mais pourtant, le lecteur peut se poser la question sur la frontière entre fiction et réalité tant les détails sont précis et l'histoire bouleversante.

Je vous laisse maintenant l'opportunité de le découvrir par vous-même et j'attends vos retours avec impatience.

Amicalement, 

Angeselphie (Sophie)


Ma note

15/20

mardi 8 février 2022

Liberté, ma dernière frontière (Zazai et Julie Ewa)

 
Editions l'Archipel
265 pages
18 euros
 
 
4ème de couverture
 
Qu'il fut long, le voyage de Zazai depuis Jalalabad. Tout commence un jour d'août 2013. Pour échapper aux talibans qui enrôlent de force les garçons à la sortie de l'école, ce fils de berger interrompt sa scolarité. Grâce à l'aide de son oncle, il est confié à des passeurs. Départ dans la nuit, direction le Pakistan voisin. Pour sa famille, Zazai est l'espoir d'une autre vie. Un espoir qui va se transformer en calvaire.

Six mois pour rejoindre notre pays. Six mois de marche forcée, en file indienne, dans le désert ou dans la neige. Six mois de froid, de faim, de fatigue. De coups, de rançonnages et d'humiliations. D'errance et de détours. D'amis perdus en route, de découragement. Et, à chaque passage de frontière, le "game": jeu dangereux, où l'on mise chaque fois sa vie. Mais, au bout du chemin, une terre où se poser et s'insérer, loin de la cruauté et de la persécution.

Prise d'otage, prison, squats sordides, camp de rétention, foyer pour mineurs... Zazai a connu toutes les stations de l'exil. Un "migrant"? Non, un garçon de quinze ans, presque un enfant, déterminé à conquérir sa liberté. Son récit, authentique, est une leçon de vie et de volonté. Un voyage initiatique vers la fraternité.


Mon avis

Il y a une grosse semaine maintenant, j'ai eu la chance de pouvoir assister à la conférence de presse donnée lors de la sortie du livre "Liberté, ma dernière frontière". A travers cet échange, Zazai, notre auteur, s'est livré à coeur ouvert sur son récit. Aujourd'hui, je ne pouvais que vous en parler tant il m'a touché.
 
"Liberté, ma dernière frontière" est récit poignant écrit à la première personne où Zazai, notre personnage principal, nous raconte sa fuite d'Afghanistan en 2013 alors qu'il n'avait que 15 ans. 
Pas facile de fuir son pays à cet âge, n'est-ce pas? Pourtant, ce jeune homme, à la demande de sa famille, n'a pas d'autres choix afin de fuir les talibans tant la situation est trop dangereuse pour lui. Pour s'en sortir, il lui faudra 6 mois, pas moins de 7 frontières à traverser et 6000 kilomètres à parcourir.
Durant 6 mois, Zazai va tenter de rejoindre l'Europe. Il va devenir l'esclave des passeurs. Ce qu'on exige de lui, il fait! Traité comme un animal, il va marcher, avancer sans s'arrêter dans l'espoir d'un avenir meilleur. Il va endurer des épreuves plus horribles les unes que les autres où sa culture ne sera plus prise en considération.

J'ai littéralement dévoré ce livre tant l'histoire est prenante. Julie Ewa signe ici un magnifique travail d'écriture grâce à une plume fluide et directe. Elle retranscrit parfaitement les paroles de Zazai, sa pensée. J'ai été happée dès les premières lignes, j'ai été touchée aussi... Mais j'ai surtout été interpellée par la cruauté de ce récit. Comment est-ce possible que dans les pays européens cités, Zazai ait pu vivre de telles choses? Comment est-ce possible que malgré la Convention des Droits de l'Homme, de telles horreurs puissent être possible? Comment de telles scènes inhumaines puissent avoir lieu au 21ème siècle?

Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce témoignage, cette histoire vraie qui ne pourra pas vous laisser indifférent. Une histoire qui met en avant des valeurs importantes comme l'entraide et l'amitié mais qui dénonce également de nombreuses injustices de notre société y compris du côté des forces de l'ordre.


Ma note




dimanche 23 janvier 2022

Père Fouettard Corporation: tome 1 (Hikaru Nakamura)

 
Editions Kurokawa
192 pages
7.65 euros


4ème de couverture

Au Japon, c'est la crise. Pas facile d'avoir un boulot quand on n'a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose.
Et le Père Fouettard, vous connaissez? Celui qui se balade à Noël avec un fouet et un grand sac pour y plonger les vauriens. Miharu s'apprête à faire sa connaissance. Bien loin d'être un affreux moutard, notre héros se retrouve malgré lui au fond du sac du père Fouettard, en route pour le pôle Nord! Il y découvre le véritable visage de Noël, plus proche d'une multinationale peu scrupuleuse que d'un atelier coquet. La petite entreprise du Père Fouettard ne connaît pas la crise.


Mon avis

Avec ce manga, nous allons faire la rencontre d'un jeune homme de 22 ans, Miharu Hino, qui enchaîne les CDD dans une supérette de quartier. Son boulot n'est pas passionnant mais il le fait du mieux qu'il peut dans l'espoir d'obtenir son précieux sésame... un CDI. Honnête, persévérant, il a toutes les qualités pour l'obtenir mais tout ne se passe pas toujours comme on l'entend... Alors qu'il s'apprête à travailler une fois de plus, pour Noël, à jeter des invendus malgré la crise, sa vie va être bouleversée à cause du vol d'un gâteau dont il est injustement accusé. Mais que va-t-il lui arriver? A vous de le découvrir en lisant ce manga...
 
Avec ce manga, la mangaka frappe fort. Elle s'attaque au monde de l'entreprise avec un ton cynique et sarcastique. A l'aide de figures populaires telles que le Père Noël ou le Père Fouettard, elle ne va pas hésiter à critiquer le monde du travail au Japon, le mode de consommation capitaliste ainsi que les grandes multinationales.
 
Au fil des pages, nous allons pouvoir nous attacher au personnage principal, un peu naïf certes mais un bon gars; un jeune qui galère comme beaucoup dans notre société d'aujourd'hui. Il est tellement réaliste qu'un grand nombre de lecteurs pourront se reconnaître à travers lui. 
Tout au long de l'histoire, nous allons le voir évoluer et passer par de nombreuses émotions bien différentes les unes des autres. Il va être malmené, c'est le moins que l'on puisse dire mais ce sont surtout ses valeurs qui vont être mises à mal. Comment rester soi et respecter ses valeurs quand vous devez endosser un rôle terriblement sadique? Deux facettes contradictoires mais tellement bien dosées par notre mangaka qui ne manque pas de faire passer la pilule avec une touche d'humour et de bonne humeur!

Quant aux illustrations, on reconnaît bien là le style propre au manga: des expressions exagérées mais des illustrations très dynamiques.
 
A la maison, nous avons beaucoup aimé ce manga Seinen à l'univers et aux personnages intriguant. Retrouver les codes et les traditions de la fête de Noël occidentale mais revisités par la mangaka est un pur bonheur que je ne peux que partager avec vous en vous conseillant de le découvrir également.


Ma note

18/20

samedi 22 janvier 2022

Jack et la grande aventure du cochon de Noël (J.K. Rowling)

 
Editions Gallimard Jeunesse
352 pages
20 euros


4ème de couverture

Une nuit pour accomplir le plus extraordinaire et le plus dangereux des voyages!


Mon avis

Grande fan d'Harry Potter, je ne pouvais que sauter sur ce livre dès sa sortie. Le risque était pourtant grand car passer après Harry Potter n'est pas évident mais l'autrice a réussi son pari car je ne fus pas déçue de ma lecture!
 
Elle nous emmène ici loin de l'univers de la magie mais nous plonge tout de même dans un univers fantastique comme on les aime. En effet, elle nous fait voyager au Pays des Choses Perdues, un monde impitoyable où règne le terrifiant Grand Perdeur; une espèce d'énorme robot construit grâce à des milliers d'objets qu'il dévore quand ceux-ci ne respectent pas les lois de ce terrible pays. 

Dès les premières lignes, l'autrice va nous happer et il sera difficile de lever les yeux du récit. Tout commence avec Jack, un petit garçon très attachant mais surtout très attaché à "Lo Cochon", son doudou. Plus qu'une peluche, il est son ami, son confident. Il va lui confier ses joies, ses peurs mais surtout sa tristesse depuis la séparation de ses parents... Son papa lui manque! L'arrivée d'un beau-père mais surtout d'une demi-sœur ne va rien arranger à tout cela! C'est même le début des ennuis...
Par une nuit de Noël, un drame se produit! Alors qu'ils se disputent, sa demi-sœur va jeter "Lo Cochon" par la fenêtre. Malgré de longues recherches, impossible de remettre la main dessus. Jack est profondément triste et ce n'est pas l'arrivée d'une peluche de remplaçant identique à "Lo Cochon" qui va l'aider. Il ne reste plus qu'une seule solution: se rendre au Pays des Choses Perdues afin de retrouver son ami. Que la grande aventure commence...
 
Cette histoire est juste passionnante. Je n'ai pas d'autres mots pour vous la décrire. Page après page, j'étais impatiente de connaître la suite. Très rapidement, on va s'attacher aux personnages. Ce n'est pas très compliqué tant ils sont adorables et attachants! A aucun moment je me suis ennuyée tant le suspense est omniprésent. Quant au dénouement de l'histoire, je me suis prise une vraie claque car je ne m'y attendais pas. Il est surprenant, incroyable... L'autrice nous donne ici une magnifique leçon de vie. Pour agrémenter ce récit, de magnifiques illustrations en noir et blanc nous sont proposées. Elles collent parfaitement au récit et viennent rajouter une touche encore plus sympathique à celui-ci.

Il ne me reste plus qu'à vous conseiller de découvrir rapidement ce récit si ce n'est pas encore fait! Avec sa plume soignée, l'autrice vous happera comme elle l'a fait avec moi. Et vous savez quoi? Ce livre est adapté même aux plus jeunes lecteurs car les chapitres sont très courts! Alors, n'hésitez pas et foncez! J'attends vos retours avec impatience.


Ma note

19/20

jeudi 20 janvier 2022

Camélia, face à la meute (Cazenove et Nora Fraisse)

Bamboo Editions
72 pages
15.90 euros
 
 
4ème de couverture

Camélia retourne à l'internat après deux mois de vacances. Celle qu'on appelait "Miss Bouboule" au collège est devenue une lycéenne bien dans sa peau. Elle retrouve son amie Justine et la vie semble lui sourire. Mais c'est sans compter sans Valentine et sa clique qui la prennent en grippe. Et lorsqu'une simple photo est diffusée sur les réseaux sociaux, c'est la spirale du harcèlement qui emporte Camélia. Elle devient le souffre-douleur de tout l'internat... Et pas la peine de compter sur Justine, car son amie, elle aussi, a rejoint le clan des harceleurs.


Mon avis
 
Nora Fraisse a perdu sa fille Marion, il y a quelques années. Cette histoire en avait chamboulé plus d'un et en tant que maman mais également enseignante, elle m'avait touchée profondément. Depuis, la lutte contre le harcèlement est au coeur de notre enseignement. Chaque année, on mène des projets afin de sensibiliser nos jeunes à cette thématique. Chansons, livres, Bd, mangas, films, les supports ne manquent pas pour évoquer le sujet.  

Aujourd'hui, j'avais envie de vous présenter une bande dessinée évoquant ce thème sensible qu'est le harcèlement scolaire. L'auteur nous plonge dans la vie de Camélia, une jeune fille qui va être victime de harcèlement sans aucune raison. Prise à partie par des jeunes filles du lycée, elle va être emportée dans cette spirale infernale... Une spirale dans laquelle elle est coincée et où elle n'y voit pas d'issue, incapable même d'en parler à ses parents par peur de les faire souffrir...

Cette BD est réaliste au possible. Je n'ai aucun doute dans le fait que de nombreux jeunes lecteurs pourront se reconnaître à travers le personnage principal tant elle ressemble à une adolescente classique comme on en connaît tous. 
En plus d'être une lecture incroyable, cette BD est également un très bel outil de réflexion. En effet, avec beaucoup d'habileté, l'auteur va sensibiliser ses lecteurs aux dangers des réseaux sociaux et à toutes les injustices qui peuvent en découler.
 
Dernier point fort et non des moindres: "les carnets de Camélia". A la fin de la BD, vous pourrez découvrir de nombreuses informations sur le sujet. Vous pourrez notamment en apprendre plus sur les différentes formes de harcèlement, comment aider les victimes, comment repérer un harceleur ou encore les numéros importants de contact à ne pas oublier!

Je ne peux donc que vous conseiller de découvrir cet ouvrage mais surtout de le mettre entre les mains des jeunes qui vous entourent. Dès le plus jeune âge, cette BD peut être découverte si elle est bien encadrée. Je pense que plus tôt on sensibilise, mieux c'est. De plus, l'histoire est facile à suivre et à lire. Quant au dénouement, même si ce n'est pas toujours le cas, il est positif cette fois-ci.


Ma note

17/20

Petit bémol uniquement sur les dessins qui sont, selon moi, trop approximatifs.