samedi 12 janvier 2019

L'enfant qui marche (Jean-Louis Etienne)

Editions plume de carotte
120 pages
18 euros


4ème de couverture

Depuis toujours, Jean-Louis Etienne marche. Que ce soit enfant sur les chemins de la campagne tarnaise, jeune adulte sur les pentes des montagnes alpines, ou plus tard sur les terres glacées des pôles, il rêve de découvrir et de comprendre le monde... Son étonnant parcours - ajusteur sur métaux, rugbyman, médecin puis grand explorateur - suit en fait la route qui permet, en mettant un pied devant l'autre, de voir le monde s'ouvrir. Poussé par une passion permanente, il a d'abord parcouru les montagnes et les océans, avant de partir affronter, souvent en solitaire, les terrains les plus hostiles de la planète, ceux des glaces éternelles du Nord et du Sud.


Mon avis

A travers ce livre, Jean-Louis Etienne dresse le bilan de sa vie. Il revient sur ses expériences, sa route, ses choix, ses forces et ses faiblesses... tout ce qui a fait de lui, l'homme qu'il est aujourd'hui.
Enfant, il rêvait d'aventure et avait les yeux qui pétillaient juste à y penser...
L'adulte, qu'il est devenu, n'a pas changé. C'est un adulte accomplit qui, plus jeune, s'est battu pour ses rêves. Médecin, constructeur mais surtout explorateur... Jean-Louis Etienne est un héros des temps modernes, un exemple pour les petits comme les grands.

Il s'agit ici d'un récit de vie inspirant qu'il est souhaitable de partager avec de nombreux enfants tant les valeurs qu'il évoque sont importantes.

Il nous fait passer le message que dans la vie, rien n'est impossible, qu'il faut croire en ses rêves, ne jamais baisser les bras afin d'aller au bout de ce que l'on souhaite. Au fond, chacun a la vie qu'il choisit en fonction de ce qu'il est prêt à faire pour y arriver.
Ce livre se veut transmetteur de messages aussi bien pour les enfants qui grandissent que pour les parents qui doivent éduquer ces derniers.
Persévérance est le mot qui le représente le mieux.

Je ne peux pas vous parler de ce livre sans évoquer les illustrations. Plus qu'un livre, il s'agit pour moi d'un album illustré composé de dessins très colorés nous faisant voyager! Ma fille ne sachant pas encore lire, a quand même pris beaucoup de plaisir à observer ces différentes illustrations tout en s'imaginant l'histoire qu'elles pouvaient représenter.

Alors, si vous aussi vous avez envie de voyager... si vous avez envie de découvrir une histoire narrée avec des mots précis et bien choisis... alors ce livre est pour vous. Un récit optimiste au possible où justement, rien n'est impossible qui nous transmet le message que nos limites ne sont pas nos barrières, il faut juste apprendre à les découvrir et à les maîtriser.
Je ne peux que vous conseiller ce livre emplit de libertés... Une liberté qui nous permet de penser, de choisir, de s’épanouir...


Ma note

18/20


vendredi 4 janvier 2019

La lumière est à moi et autres nouvelles (Gilles Paris)

Éditions Gallimard
198 pages
19 euros


4ème de couverture

Anton, Eytan, Angus, Julian, Aaron, Lior, Ethel, Anna, Ruth, Ambre, Brune... Les héros romanesques de Gilles Paris ont tous en commun une part d'enfance déchue, le désir de s'échapper, happés par l'espoir d'une vie plus lumineuse. Des bords de Seine aux rivages du Lac Léman, de la mer des Éoliennes à l'océan Atlantique, leurs destins intranquilles se nouent et se dénouent, à l'heure où les paysages s'incendient en fin de journée.


Mon avis

Il m'est très difficile de chroniquer ce livre car la lecture de nouvelles n'est pas mon style de prédilection. Ce livre me sort donc de ma zone de confort mais c'est parfois bien nécessaire. Un recueil de nouvelles peut s'évaluer de plusieurs manières: évaluer l'ensemble du recueil ou bien chaque nouvelle séparément. L'une peut être très bonne comme l'autre très mauvaise. Dans mon cas, j'ai pris le parti de chroniquer l'ensemble du recueil sans en mettre une en particulier en avant.

A travers ce livre, on reconnaît la patte qui construit l'ensemble des oeuvres de Gilles Paris: le thème de l'enfance. Toutes les nouvelles ont pour point commun ce thème si cher à ses yeux. Il l'abordera sous différents aspects en mettant par exemple des enfants comme narrateurs ou, à l'inverse, des adultes qui reviennent chacun sur un fait bouleversant qui a marqué leur vie d'enfant. 
Entre ombre et lumière, tristesse et joie, rêve et réalité, la barrière est souvent mince. L'enfance n'est-elle pas la période où l'insouciance est permise? Cependant, trop souvent, cette insouciance est impactée par la vie des adultes. Une dure réalité dans laquelle il nous plonge dans ses différents récits...
Avec ses précédents romans, il m'avait conquise par sa plume poétique et surprenante. Avec ce livre, il tente une autre approche à travers 19 nouvelles. Un exercice déroutant qu'il maîtrise à la perfection. En effet, pas facile de construire un univers, une vie à travers quelques pages seulement. Non seulement, il y arrive mais il a ce pouvoir de captiver le lecteur qui passera par de nombreuses émotions et sentiments différents.

Avec ce livre, Gilles Paris m'a fait voyager... Entre les émotions, certes mais aussi dans les différents pays du monde. Avec ses descriptions précises, il m'a donné l'opportunité d'imaginer, de sentir, d'apprivoiser. J'ai même eu la chance de revivre, par procuration, des moments de mon enfance... des paysages mauriciens à couper le souffle, des villes que je connais si bien. Entre terre, mer, arbres, fleurs et océans, le lecteur à de quoi se dépayser l'espace de quelques heures.

Il nous l'avait déjà démontré mais je le confirme aujourd'hui, Gilles Paris a réussi à faire sa place parmi les grands. Il est, à présent, un porte-parole important de l'enfance; un auteur capable de se mettre à leur place, de se mettre à leur portée pour partager avec le lecteur des moments, des questionnements importants de leur vie.


Ma note

16/20

mardi 11 décembre 2018

Altérez-moi (Thomas François)

Livr's Editions
308 pages
18 euros


4ème de couverture

Léon Mallar est un jeune adulte solitaire. Rêveur invétéré à l'imagination débordante, il évite autant que possible les dialogues avec ses pairs humains. Au chômage depuis la fin de ses études universitaires, il passe ses journées à ne rien faire, enfermé dans son petit appartement. Lorsqu'une voisine requiert son aide pour une simple "mission apothicaire", Léon accepte (à contrecœur), et mal lui en prend. Une visite à la pharmacie n'aura jamais tourné si mal!


Mon avis

Si vous recherchez un récit brillant par son originalité alors, passez votre chemin... Bien d'autres auteurs de polars ont construit leurs enquêtes de la même manière! Par contre, si vous êtes à la recherche d'un récit au style littéraire affirmé et à l'écriture plus que maîtrisée alors, ce livre est pour vous. L'auteur maîtrise la langue française à la perfection, il joue subtilement avec les mots. Sans parler de la maîtrise irréprochable du sujet qui permet au lecteur de se plonger facilement dans cet univers.

A travers son récit, l'auteur nous emmène dans la vie de Léon, un célibataire qui fuit le reste du monde. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce personnage n'est pas sympathique pour un franc! Pourtant, au fil des pages, le lecteur s'accroche à lui. La principale raison: la malchance qui s'abat sur lui. Au cours du récit, j'ai eu l' impression que le sort s'acharnait contre lui, qu'il ne maîtrisait plus les tenants et aboutissants de l'histoire, qu'il n'était plus maître de son destin. Lui, toujours si renfermé, a accepté (bien malgré lui) la mission d'aller chercher des médicaments à la pharmacie... Un simple service... Une mission qui va à jamais atteindre à sa vie...

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce récit. Si au départ, sa construction m'a quelque peu déroutée, très vite, j'y ai pris goût et me suis laissée embarquer. Vous ne me suivez plus c'est cela? Allez, je vous explique... Régulièrement, l'auteur nous propose des courts passages en italique où l'on rencontre le personnage de Vingus, une projection de Léon. Le lecteur ne comprend pas immédiatement de quoi il s'agit mais une fois imprégné, tout devient limpide même si on se demande toujours à quel point l'auteur est atteint par la folie... Si l'on peut craindre que ces passages ralentissent ou alourdissent le récit, il n'en est rien.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce texte intéressant, improbable aussi bien que probable où la folie rôde tout autour de nous. Une belle découverte me concernant.
Et pourquoi pas, pour vous, un cadeau à glisser sous le sapin? Il fera des heureux j'en suis certaine.


Ma note

17/20

vendredi 26 octobre 2018

Les heures rouges (Leni Zumas)

Éditions Presses de la Cité
400 pages
21 euros


4ème de couverture

États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l'être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, quatre femmes voient leurs destins se lier à l'aube de cette nouvelle ère. Ro, professeure célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d'écrire la biographie d'Eivor, exploratrice islandaise du 19ème siècle. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer - de son renoncement à une carrière d'avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n'a pas peur de l'avenir: elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l'arrière d'une voiture... Et Gin, la guérisseuse au passé meurtri, la marginale à laquelle les hommes ont décidé de tenir un procès en sorcellerie parce qu'elle a voulu aider les femmes.


Mon avis

Voici un des romans de la rentrée littéraire que j'attendais le plus. J'ai eu la chance de le recevoir rapidement et j'ai pris le temps de le découvrir mais aussi de me poser avant de le chroniquer. Qu'en ai-je finalement pensé?
L'auteur nous propose ici un roman engagé, féministe mais surtout porteur d'espoir. Elle nous replonge dans un sujet tabou: les conditions de vie de la femme. Cette dernière s'est, au cours du temps, battue pour avoir des droits et être reconnue. Pourtant, aujourd'hui, les droits de la femme sont encore bafoués et souvent remis en questions.Avec une plume sensible et délicate, elle aborde ce sujet à travers le récit poignant de 4 femmes. Des récits bien différents mais qui ont tout de même un point commun... Chacune de ces femmes subit l'emprise des "hommes" et doit lutter pour sa liberté. C'est ainsi que nous pourrons faire la rencontre de Ro, Mattie, Susan et Gin.
Ro est une quadragénaire célibataire. Elle ne sait pas avoir d'enfant et travaille en tant que professeur à l'université. Elle vit avec la peur de cette nouvelle loi qui va bientôt rentrer en vigueur et qui interdit l'adoption et la procréation aux femmes seules. Elle voit donc son rêve de maternité s'envoler en fumée...
Mattie, quant à elle, est une élève brillante et est promise à un bel avenir. Pourtant, elle voit tous ses rêves brisés quand elle tombe enceinte après une aventure sans lendemain. Mais que faire quand la nouvelle loi interdit l'avortement?
Pour Susan, le problème est bien différent. Elle est mère au foyer et ne supporte plus ni sa vie, ni son mari. Que faire pour ne pas perdre sa réputation et sa dignité?
Enfin, passons à Gin... La guérisseuse de la ville. Elle passe sa vie cachée dans les bois à aider de nombreuses femmes avec ses potions. Ne respectant pas la norme, elle dérange! Les hommes vont même jusqu'à l'accuser de sorcellerie!
4 rudes combats dans lesquels de nombreuses femmes pourraient se reconnaître...

Personnellement, j'ai fait de nombreux bonds durant ma lecture. Il est impossible de rester insensible face à ces différents récits. Comment peut-on encore remettre en question l'acquisition des droits des femmes? Ce roman se veut porteur de sens et nous transmet un message clair... être une femme n'est pas une chose aisée, c'est un combat de tous les jours, un combat d'hier, d'aujourd'hui mais aussi de demain. Les acquisitions du passé sont en péril et il est important de se battre pour les garder.

Ce livre aurait pu être un coup de coeur de par le thème. Pourtant, le côté déstructuré du roman m'a quelque peu dérangé. L'auteur a pris le parti d'alterner les 4 récits tout en y ajoutant l'histoire d'autres personnages, ce qui fait que je m'y suis perdu par moment!
Cela ne m'empêche pas de vous conseiller ce roman car je pense qu'il doit être lu et médité.


Ma note

16/20

    dimanche 23 septembre 2018

    A moi! (Marine Rivoal)

    Editions Rouergue
    48 pages
    16 euros
    Sortie prévue le 26 septembre 2018


    Présentation de l'éditeur

    L'ours blanc fait autorité: c'est le roi de la glace, c'est "sa banquise" son territoire duquel il exclut tout autre occupant. Mais sa banquise diminue inexorablement et bientôt, c'est la débâcle, plus de glace; c'est l'océan qui est tout à lui, mais dont il ne voit que la surface. L'ours est à la dérive mais une baleine bienveillante vient à son insu le cueillir, le recueillir en toute majesté. Tout semble promis à cet ours, cette île providentielle est de nouveau à lui. Mais est-il vraiment le roi ici?


    Mon avis

    "A moi!"... Voilà les paroles d'un ours qui se retrouve bien seul, au milieu de l'océan, sans sa banquise.

    Avec cet album, Marine Rivoal aborde un thème actuel important: l'environnement. Elle met l'accent sur le réchauffement climatique avec la fonte des glaces.

    Dans cet album, peu de textes mais beaucoup d'images. De quoi laisser aller l'imagination des plus petits.

    Quant aux illustrations, elles sont simples et efficaces. Ici, pas de couleurs vives mais une déclinaison de bleu avec une touche de blanc.

    Un chouette petit album pour introduire, dès le plus jeune âge, les problèmes environnementaux. Il est important qu'on arrête de se voiler la face et qu'on en discute le plus tôt possible pour conscientiser nos enfants. Personnellement, les miens ont adoré.
    Je ne peux que vous le conseiller car c'est une bonne méthode pour lancer le débat.


    Ma note

    18/20

    dimanche 16 septembre 2018

    Zombies Zarbis: panique au cimetière: tome 1 (Marie Pavlenko et Carole Trébor)

    Editions Flammarion Jeunesse
    128 pages
    10 euros
    Sorti le 5 septembre 2018


    4ème de couverture

    Il se passe des choses étranges dans le cimetière de Noirsant. A la nuit tombée, les morts se réveillent, papotent, prennent le thé et jouent aux osselets.

    Lorsque Romain, un habitant du village, rencontre Léo, une jeune zombie, il n'en croit pas ses yeux. Le cimetière de Noirsant abrite des morts-vivants!
    Seulement, celui-ci est menacé de démolition: Romain pourra-t-il aider les zombies zarbis?


    Mon avis

    Avec un tel titre et une couverture aussi intrigante, je ne pouvais que sauter sur l'occasion de découvrir ce récit.

    A travers ce premier tome, nos auteurs plantent le décor, nous font découvrir les différents personnages et la situation problématique qu'ils vivent en ce moment.
    Elles nous plongent dans le monde terrifiant des morts-vivants... Un monde horrible mais qu'elles vont rendre sympathique avec toutes les touches d'humour qu'elles placent un peu partout dans le récit.

    Grâce à leurs plumes fluides et magnifiques, elles arrivent à happer le lecteur dès les premières pages. Elles nous proposeront de nombreux rebondissements qui feront que le suspens sera omniprésent. Un suspens qui nous donnera envie de découvrir la suite car une fois arrivé à la fin du premier tome, j'avais déjà hâte que le deuxième soit entre mes mains. On ne va pas se le cacher, je suis d'ailleurs rester un peu sur ma faim de cette fin...

    Il s'agit bien ici d'un livre fantastique aux illustrations magnifiques, d'une histoire de morts-vivants qui va plaire j'en suis certaine à nos plus jeunes lecteurs mais il ne faut surtout pas oublier tous les thèmes cachés à travers ce récit comme la perte de patrimoine pour une croissance immobilière incessante, la résistance, le recyclage mais aussi la solidarité et l'amitié. Un livre rudement bien écrit qui aborde, avec subtilité, de nombreux thèmes historiques importants.


    Ma note

    18/20


    jeudi 30 août 2018

    Khalil (Yasmina Khadra)

    Editions Julliard
    264 pages
    Prix 19.90 euros
    Disponible depuis le 16 août


    Présentation de l'éditeur

    Vendredi 13 novembre 2015. L'air est encore doux pour un soir d'hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d'explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l'acte. Il fait partie du commando qui s'apprête à ensanglanter la capitale.

    Qui est Khalil? Comment en est-il arrivé là?

    Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d'un réalisme et d'une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l'esprit d'un kamikaze qu'il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l'insoutenable brutalité de la folie


    Mon avis

    On ne va pas se mentir, il y a de plus en plus d'auteurs qui écrivent sur le thème des attentats. Un sujet osé et malheureusement, rarement bien travaillé. C'est avec beaucoup d'appréhension que j'ai commencé cette lecture. Si ce n'était pas Yasmina Khadra qui en était l'auteur, je ne l'aurais probablement jamais ouvert... mais j'aime son écriture. Aujourd'hui, il m'est difficile d'écrire cette chronique tant je ressors bouleversée de ma lecture. L'auteur signe ici un roman fort et nécessaire. Un roman bien différent de ceux que j'ai déjà pu lire; une approche qui amène à la réflexion.

    A travers ce récit, l'auteur nous replonge dans les tragiques attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Il va même plus loin et nous place dans la peau d'un des terroristes. Dès les premières pages, le lecteur se retrouve assis dans une voiture à côté de Khalil, notre narrateur, à destination de Paris. A son bord se trouve également Driss, son meilleur ami. Un objectif: atteindre le Stade de France et faire le plus de dégâts possible ainsi que faire un massacre dans le RER. Pourtant ce jour-là, même si chacun est décidé et fonce tête baissée, rien ne se déroule comme prévu. Comment faire face à de tels évènements? Comment agir pour ne pas que l'on vous prenne pour un lâche? 
    A partir de ce jour, nous allons le suivre dans son quotidien et sa longue descente aux enfers...

    Il est difficile de se mettre dans la tête d'un terroriste. Pourquoi en arrive-t-il a de tels gestes? Pourquoi s'attaquer à autant d'innocents? C'est ce que va tenter de nous faire comprendre l'auteur dans ce livre. Loin des stéréotypes habituels, loin de vouloir appeler au pardon, il essaie juste de nous faire prendre conscience que cette terrible décision cache souvent de solides blessures invisibles à l'oeil nu. Prenons l'exemple de Khalil, ou encore de Driss... Deux jeunes ayant vécu dans un quartier de Molenbeek en Belgique et ayant très vite décroché des bancs de l'école. Ils passent leur temps à errer dans les rues et passent de petits boulots en petits boulots sans réelle accroche. Pour Khalil, l'histoire est encore plus dramatique car il est en rupture totale avec sa famille. Les relations avec son père sont plus que tendues et il fuit rapidement le domicile familial. Où trouver du réconfort? Que devient-on quand on ne trouve pas sa place dans la société, dans un groupe? Jusqu'où est-on capable d'aller quand on ne se sent pas respecté?

    "Ce qui se passe est l'aboutissement logique d'un processus aussi vieux que l'instinct grégaire: l'exclusion exacerbe les susceptibilités, les susceptibilités provoquent la frustration, la frustration engendre la haine et la haine conduit à la violence. C'est mathématique."

    Avec une écriture terriblement réaliste mais à la fois poétique, l'auteur traite le sujet du terrorisme de manière très juste. Il met en avant l'importance de l'éducation et de l'entourage. Il nous raconte le parcours d'un immigré qui cherche un sens à sa vie et ne trouve pas sa place dans la société. Le tout sans aucune prise de position. 
    Il est difficile de lire ce livre sans ressentir ce sentiment de haine remonter à la surface mais si, vous, lecteur, vous arrivez à passer au-dessus de celui-ci, vous n'en ressortirez que grandi de votre lecture.
    Ce livre, bouleversant, doit être lu et médité. Il a pour but premier de nous faire réfléchir sur la part d'humanité que nous avons perdu au fil des années à cause de la méconnaissance du sujet mais surtout de tous ces stéréotypes et amalgames que l'on fait par facilité. 
    Un livre percutant qui nous dépeint une vérité qui dérange et qui ouvre le débat. Je ne peux que vous le conseiller.


    Ma note